La Saga des Blockbusters: Un Article Bababoum!!! (1ère Partie)

Publié le par Leblanc M.

Ce mois-ci (car c'est le début de la saison...), je vais aborder un sujet très important dans le domaine cinématographique étant donné qu'il représente une grosse partie de l'industrie (en termes financiers mais également de succès), à savoir : les blockbusters ! Réparti en quatre parties, nous allons dans un premier temps nous intéresser à l'origine de ce phénomène cinématographique, ensuite nous aborderons ses succès les plus frappants et leur impact ; dans la 3ième, il s'agira de parler des échecs retentissants et nous terminerons par une grosse preview de ce qui nous attend pour cet été. C'est parti pour un article qui sent bon le popcorn et le soda !

La Naissance des Blockbusters

La Saga des Blockbusters: Un Article Bababoum!!! (1ère Partie)

Avant toute chose, il s'agit pour moi de définir ce qu'est un blockbuster. Car si ce terme est aujourd'hui utilisé à tour de bras, certains n'en connaissent peut-être pas le sens. À la base, c'est un terme militaire (en gros, tout faire exploser...) qui a été repris par l'industrie des loisirs. Il faut déjà savoir que le mot ne s'applique pas uniquement au cinéma, il est également utilisé par l'industrie du jeu vidéo par exemple. Pour simplifier, un blockbuster est un produit bénéficiant généralement d'un gros budget (mais pas toujours) et d'une promotion importante dont le but est de devenir un grand succès populaire. Vous allez me dire que généralement, on ne fait pas un film pour perdre de l'argent mais vous n'avez que moyennement raison. Dans le cas du cinéma d'auteur, par exemple, les films étant principalement financés par l'argent public dans un but artistique, la rentabilité à moins d'importance. Même dans les films de studios, il y a beaucoup de catégories de film et tous ne rentrent pas dans la catégorie des blockbusters. Par exemple, le cinéma d'horreur produit généralement des films à petit budget qui vise une clientèle bien définie avec une rentabilité quasiment assurée. Il en va de même pour des projets financièrement un peu plus risqués et au budget limité. Un blockbuster est une production censée devenir un phénomène qui attirera un public énorme en salle et créera un véritable buzz autour de lui. C'est au final assez complexe car certains films sont parfois conçus comme des blockbusters mais change de catégorie peu avant leur sortie et d'autres vivent un phénomène exactement opposé.

 

Prenons quelques exemples pour rendre ça plus clair... Un film comme Gods of Egypt a, par exemple, été conçu comme un blockbuster. Bénéficiant d'un budget énorme (140 millions de dollars), d'un réalisateur de renom (Alex Proyas) et d'une star à l'affiche (Gerard Buttler), le film a été conçu pour devenir un énorme succès populaire. Cependant, une fois devant le produit fini et le bide évident qu'il allait rencontrer en salle, le film a connu une promotion et une sortie plus proche d'une série B que d'un film événement. À l'inverse, un Deadpool n'a pas été conçu comme un blockbuster, bénéficiant d'un budget modeste et reposant sur un personnage assez peu connu du grand public, le film était prévu pour être un petit spin off de la franchise X-Men pour faire patienter les spectateurs avant le gros blockbuster de l'été de la franchise : X-Men Apocalypse. Mais devant le buzz que commençait à générer le film, la promotion du film a été complètement revue et le film est sorti comme un énorme blockbuster ; il a d'ailleurs explosé le score de X-Men Apocalypse au Box-Office. C'est un peu ce qui est en train de se passer avec It (ça) qui du statut de film d'horreur à moyen budget va devenir le blockbuster de la rentrée.

 

Prévu à la base comme une production moyenne, Deadpool a finalement été vendu comme un Blockbuster suite au buzz qui entourait le film

Prévu à la base comme une production moyenne, Deadpool a finalement été vendu comme un Blockbuster suite au buzz qui entourait le film

J'espère que mon explication est assez claire, car il est temps pour moi maintenant d'aborder l'origine des blockbusters. Depuis toujours, il a existé différentes catégories de budgets et de calibres de production au sein de l'industrie cinématographique. Par exemple, dans les années 50 et 60, les péplums étaient des productions ambitieuses demandant des budgets très importants. Il en fut de même pour les films catastrophes du début des années 70. Mais à l'époque, on ne parlait pas encore de blockbusters, ces films ne se démarquaient pas forcément du reste des productions cinématographiques et n'étaient pas forcément conçu pour devenir des phénomènes de mode. D'ailleurs, à l'époque, les plus gros succès étaient souvent les gagnants des Oscars ou les productions récoltant les meilleures critiques. Par exemple, en 1970, les 5 plus gros succès de l'année étaient Love Story (un drame romantique à petit budget), Airport (un film catastrophe à gros budget), MASH (une satire de la guerre de Vietnam nominé 5 fois aux Oscars), Patton (biopic du célèbre général grand gagnant de la même cérémonie des Oscars) et les Aristochats (un dessin animé Disney). Bref, sur 5 films, 3 n'étaient pas prévus pour être des gros succès commerciaux. Prenons maintenant le top 5 de 2016, soit 46 ans plus tard, nous avons : Captain America-Civil War, Star Wars Rogue One, Le Monde de Dory, Zootopia et Le Livre de la Jungle. Soit 5 films prévus pour être des énormes succès et préconstruits pour attirer les spectateurs en salle. Mais d'où est venu cette translation radicale dans l'industrie cinématographique ?

 

Le film à l'origine du phénomène sort en 1974 et se nomme... Les Dents de la Mer ! Si le film de Steven Spielberg est aujourd'hui mondialement connu, il faut savoir qu'à la base il ne s'agissait que d'une petite série B sortie au début de l'été. À l'époque, contrairement à aujourd'hui, il s'agissait plutôt d'une période creuse en terme de succès. Relativement bricolé, le film allait proposer un spectacle inédit à l'époque. Mélangeant suspense, aventure et grand spectacle, le film va remporter un succès phénoménal et totalement inédit à l'époque. Mais plus encore que de devenir le plus grand succès de l'histoire du cinéma à l'époque, c'est le phénomène de mode que devient le film qui intrigue les studios. Cet été-là, tout le monde parle Des Dents de la Mer et c'est le film qu'il faut avoir vu !

Steven Spielberg s'amuse avec son requin sur le tournage des Dents de la Mer, sans le savoir il vient d'inventer les Blockbusters

Steven Spielberg s'amuse avec son requin sur le tournage des Dents de la Mer, sans le savoir il vient d'inventer les Blockbusters

Pendant les années qui vont suivre, les studios vont avoir du mal à véritablement analyser le phénomène. Et celui qui comprendra le mieux cette attente nouvelle du public sera un proche de Spielberg : Georges Lucas. Dans son coin, il bricolera un petit film de science-fiction qui deviendra totalement révolutionnaire lors de sa sortie en 1977 : Star Wars ! En révolutionnant complètement les concepts d'effets spéciaux et du merchandising, Lucas va créer un véritable empire et asséner une leçon assez violente aux grands studios qui n'avaient pas su comprendre le succès de Jaws.

 

À partir de là, les studios vont comprendre la puissance des licences, des franchises et des événements cinématographiques ! En 1978, Superman et Jaws 2 débarquent ; en 79, c'est au tour de Star Trek le film, Alien ou encore Rocky 2. Celui-ci est un cas assez typique du changement de mentalité, le premier Rocky était un film très sérieux calibré pour les Oscars, alors que sa suite est clairement pensée en termes de blockbuster. Avec les sorties de l'Empire Contre-Attaque ou des Aventuriers de l'Arche Perdue, le phénomène va se lancer de manière définitive et devenir le modèle économique des studios depuis bientôt 50 ans.

Rocky 2, la suite d'un film à petit budget conçue comme un Blockbuster

Rocky 2, la suite d'un film à petit budget conçue comme un Blockbuster

Les actions stars vont apparaître avec Schwarzenegger, Stallone ou Willis. Les franchises comme Indiana Jones ou Batman vont devenir des phénomènes que le public va suivre d'années en années. Les jouets, jeux vidéo et les produits dérivés vont devenir des outils et vecteurs financiers supplémentaires... Plus rien ne sera jamais pareil et la machine semblera parfaitement calibrée ! Mais dans l'histoire, rien ne se passe comme prévu et nous verrons au cours des prochains articles que certains succès ont modifiés la donne tout autant que des échecs que les studios n'avaient absolument pas vu venir...

Publié dans Articles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article