Logan

Publié le par Leblanc M.

Logan

Critique: 4,5/5

 

C’est la fin des mutants… Logan est malade et rongé par son squelette en adamantium. Depuis plus de 20 ans plus aucun mutant n’a vu le jour et les X-Men ont disparu depuis longtemps. Wolverine tente de veiller sur un professeur Xavier âgé de 90 ans dont la sénilité représente un vrai danger compte tenu de ses capacités. C’est dans ce contexte qu’une jeune mutante va entrer dans leurs vies… Soyons direct, même si je ne peux objectivement pas mettre un 5/5 au film car il souffre de quelques défauts handicapants, il est rempli d’énormes fulgurances ! En plus d’être très largement mon volet préféré de la franchise, Logan est tout simplement le blockbuster le plus puissant et plus réussi que j’ai vu depuis Mad Max Fury Road. Je n’arrive d’ailleurs toujours pas à comprendre comment un film aussi radical a pu être produit au sein d’un gros studio !

 

Avant de revenir plus en détail sur les immenses qualités du métrage, je vais directement évoquer ses menus problèmes pour pouvoir me concentrer sur ce qui fait de ce Logan un grand film. Concernant mes reproches ils reposent principalement sur trois points. Il y a d'abord le traitement des antagonistes qui, comme dans la plupart des films de super héros modernes, manquent d’épaisseur. Le film étant un road trip se concentrant sur le trio Logan/Xavier/Laura, le manque de charisme et de caractérisation des méchants n’est pas spécialement problématique mais, à titre personnel, j’aurais souhaité un peu moins de manichéisme. Je dirais ensuite qu’avec sa durée de 135 minutes le métrage souffre quand même de quelques longueurs et d’un léger ventre mou. Pour terminer il n’est pas non plus exempt de quelques clichés scénaristiques, j’ai par exemple eu du mal avec un concept méta très à la mode qu’utilise le film  (je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler). Bon ben voilà, on a fait le tour du peu de reproches que j'ai à lui faire... Passons maintenant aux qualités...

 

Comme je l'ai dit, Logan est un film radical. Je n'entends pas par là uniquement un rapport à la violence graphique du métrage. Même s'il est vrai qu'il s'agit d'un des films de super héros les plus extrêmes à ce niveau avec Deadpool (et encore dans ce dernier la violence était beaucoup plus cartoonesque), je voulais surtout faire référence au ton général du métrage. James Mangold a clairement voulu faire un film sans concession et aller au bout de sa démarche. Le ton est extrêmement sérieux et il y a très peu d'humour. Il suffit par exemple de comparer le traitement de la scène de la ferme avec celui qui avait été fait pour une scène similaire dans X-Men Origine Wolverine pour comprendre la dramaturgie mise en place ici. A ce petit jeu, l'écriture des personnages de Wolverine et de Xavier est à la fois surprenante et terriblement émouvante. Si le destin de Logan semblait ,dans un certains sens, écrit d'avance au travers de son parcours solitaire depuis le début de la franchise, celui du Professeur X est assez inédit. A la fois pathétique sans jamais être ridicule et effrayant tout en dégageant une humanité sans faille, le personnage est remarquable! Il en va de même pour la petite Laura, le nouveau personnage introduit par le film. La jeune Dafne Keen réussi l'exploit, particulièrement rare chez les enfants, d'être à la fois très émouvante en présentant un jeu instinctif sans en faire de trop et totalement sauvage et crédible dans les scènes d'actions.

 

Justement, tant qu'on parle des scènes d'actions, force est de reconnaître qu'elles sont très puissantes. Sans avoir recours à des tonnes d'effets spéciaux ou des scènes de destructions massives, elles vont à l'essentiel. Des morceaux de bravoures sauvages et épiques à souhaits qui nous collent de vrais frissons! En terme de frisson, il faut également souligner que l'émotion est aussi au rendez-vous. Personnellement je n'ai pas souvenir d'avoir été à la limite de retenir mes larmes durant un film de super héros, et bien ici ça m'est arrivé... Deux fois... Quand un film arrive à ce point à allier grand spectacle, émotion et force créative on ne peut crier qu'au miracle! Le succès du film tente d'ailleurs à prouver que l'audace de la Fox de produire un blockbuster très adulte et différent s'est révélé payante et qu'ils ont bien fait de croire en James Mangold. Je terminerais cette critique par un petit mot sur Hugh Jackman qui a annoncé que Logan était son dernier film de la franchise X-Men. Je pense qu'aucun acteur n'avait réussi avant lui à se rendre à ce point aussi indissociable d'un héros de comics! Ce qu'il a fait du personnage de Wolverine est tout simplement remarquable et il vient de lui faire ses adieux de la plus belle des manières.

 

En deux Mots:

 

Logan m'a surpris à plus d'un point, en plus d'être mon film X-Men préféré, il s'agit du meilleur blockbuster que j'ai vu depuis Mad Max Fury Road. Epique, sauvage, terriblement émouvant et surtout sans concession, il s'agit avant tout d'une œuvre totalement atypique dans le paysage très consensuel des grosses productions américaines.

 
 

Publié dans Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Stéphf 14/03/2017 21:31

Hâte d'aller le voir!!!!!

L'aubergiste 14/03/2017 21:38

J'espère que tu aimeras

Angeline 10/03/2017 14:48

très beau blog sur les films et télé. un plaisir de me promener ici.

L'aubergiste 10/03/2017 15:14

Un grand merci à vous