Le Cinéma Social Anglais: Une Histoire Filmique et Politique (3ème Partie)

Publié le par Leblanc M.

À la fin des années 90, cela fait déjà pas mal de temps que le cinéma social anglais est présent dans la culture britannique. Cependant, il s'agit toujours pour le grand public d'un cinéma d'auteur pas forcément très populaire. Il se limite à une clientèle d'initiés et fait surtout fureur dans les festivals comme Cannes ou Berlin. La donne va cependant changer sous l'impulsion de deux gros succès populaire en 1997 : les Virtuoses et surtout Full Monty ! Deux comédies qui trouvent leurs inspirations dans le contexte d'une Angleterre socialement perdue.

On explore les Genres

Le Cinéma Social Anglais: Une Histoire Filmique et Politique (3ème Partie)

Les Virtuoses de Mark Herman prend place au milieu des années nonante dans un petit village de l'Angleterre où une série de mineurs se battent contre la fermeture de leur lieu de travail. En parallèle, ils tentent de retrouver l'espoir au travers de la fanfare qu'ils ont monté. Pour Full Monty de Peter Cattaneo, le contexte est quasiment le même. Un groupe de copains au chômage depuis la fermeture de leur sidérurgie tentent de gagner leur vie en montant un spectacle de strip-teaseurs. En prenant tous les deux le parti qu'on peut rire de tout, y compris de situations économiques désastreuses, ces deux films ouvrent le genre au grand public. Ici, on ne se contente plus de nous présenter la réalité, on la rend plus ludique pour permettre à chacun de comprendre que derrière les rires, il y a aussi la fatalité des conséquences politiques. Si on est mort de rire devant les répétitions de danse des héros de Full Monty, nous sommes tout aussi touchés devant le désespoir de ce père incapable de payer les billets pour aller voir un match de foot avec son fils. Cette Angleterre est la vraie, une terre socialement à genoux mais qui continue de rire et d'être solidaire.

 

Si ces deux films resteront probablement les plus emblématiques des comédies sociales britanniques, beaucoup d'autres films vont les suivre. Comme Good Morning England et ses rockeurs fous anti-système et anti-censure ou plus récemment l'hilarant Pride. 2014 : ce film fit grand bruit en racontant l'histoire d'activistes homosexuels soutenant un syndicat de mineur dans un coin paumé du Pays de Galle. Dans les années 2000, certaines comédies abordent l'émancipation de la femme comme Calendar Girls ou plus récemment avec We Want Sex Equality sur la lutte des femmes contre les inégalités professionnelles. Bref, réalité économique et comédies sont devenues deux entités qui cohabitent à merveille dans l'univers cinématographique du Royaume-Uni.

We Want Sex Equality prouve que le féminisme est aussi un combat social.

We Want Sex Equality prouve que le féminisme est aussi un combat social.

Je n'ai pas évoqué le cas d'une des comédies les plus connues : Billy Elliot. Si je l'ai passé sous silence, c'est parce qu'il aborde bien plus de genres. Billy Elliot est à la fois un drame social et une comédie mais aussi, et c'est par ça qu'il se démarque, un film sur la danse à deux doigts de la comédie musicale. Il y a une vraie volonté à ne rentrer dans aucunes cases et c'est dans cette démarche qu'il est particulièrement intéressant. Car si des genres comme la comédie et le drame sont finalement très proches et se marient très bien à l'écran, ce n'est pas forcément le cas pour d'autres. Ainsi, on imagine pas forcément un film de danse traiter en sous texte de l'effondrement économique. Et c'est probablement encore plus le cas avec des genres aussi « grand public » que le thriller et l'horreur. Pourtant, en Angleterre, la volonté de dénoncer les conséquences d'une politique ultra libérale passe aussi par-là !

 

Je vais m'intéresser principalement à deux films mais sachez que de nombreux autres thrillers et films d'horreurs ont utilisé un sous-texte social dans les années 2000. Je commencerai par parler de Face d'Antonia Bird. J'ai déjà parlé de cette réalisatrice au travers de son film Priest, mais quelques années plus tard, en 1997, elle va s'intéresser au film de genre. C'est un phénomène assez rare en Angleterre à l'époque, d'autant plus pour une femme. Avec Face, elle va livrer un vrai thriller extrêmement réussi mais qui prend racine ans les années Thatcher. L'histoire est celle de Ray, un ancien militant de gauche des années 80 qui se sent les idéaux s'envoler. Il décide alors de se lancer dans un hold-up avec d'anciens braqueurs. Le mélange des genres est de prime abord assez surprenant, surtout que le film est extrêmement sérieux. À l'inverse des films de Guy Ritchie qui mélangent polar, comédie et social, Bird réalise un film très noir. Un vrai thriller sombre et sans concession, à la fois romantique et politiquement engagé. Une œuvre marquante comme tous les films de sa réalisatrice.

Avec Face Robert Carlyle prouve une fois de plus qu'il est l'acteur emblématique du cinéma social anglais

Avec Face Robert Carlyle prouve une fois de plus qu'il est l'acteur emblématique du cinéma social anglais

L'autre film que je me dois d'évoquer est Eden Lake. Dans les années nonante, le cinéma d'horreur anglais va exploser ! Toute une série de films vont marquer le genre et remporter énormément de succès comme The Descent ou Creep. Parmi ceux-ci, beaucoup utiliseront des codes sociaux importants pour faire transmettre un message comme le dyptique 28 Jours Plus Tard et 28 Semaines Plus Tard ou encore Severance et son week-end entreprise sous acide. Mais le cas le plus marquant sera sans nul doute celui d'Eden Lake. En confrontant un couple d'adulte à une bande de jeunes enfants désœuvrés, le réalisateur James Watkins va porter un regard à la fois effrayant et réaliste sur la jeunesse de son pays. Sans forcément la juger, il va surtout s'interroger sur l'influence des réalités sociales sur l'éducation de la jeunesse. Quand les adultes ont perdu leurs repères, sont-ils encore capables d'éduquer les enfants ? Et comment pourront réagir ces adolescents face à un conflit avec des adultes qu'ils ne respectent pas ? Eden Lake réussi l'exploit d'être aussi effrayant graphiquement dans son contexte de film d'horreur que thématiquement face à ce conflit de génération qui prend une forme de plus en plus violente. Il prouve surtout que finalement peu importe la forme utilisée, le plus important restera l'impact du message que l'on veut faire transmettre !

Michael Fassbender en bien mauvaise posture dans Eden Lake

Michael Fassbender en bien mauvaise posture dans Eden Lake

Alors qu'aujourd'hui le Royaume-Uni s'apprête à vivre une nouvelle crise sans précédent avec le Brexit, on peut deviner facilement que le cinéma trouvera de l'inspiration dans cette nouvelle déconvenue politique. Alors que des vieux briscards comme Ken Loach n'ont toujours pas lâché le combat (voir sa palme d'or l'année dernière pour Moi, Daniel Blake), d'autres jeunes cinéastes rêvent certainement de brandir leurs caméras comme il brandirait une arme pour se lancer dans une révolution. La lutte, comme l'art, ne connaîtra jamais de fin...

Publié dans Articles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Céline Ld 04/04/2017 00:23

J'ai trouvé cet article très instructif. J'ai vu quelques films de cette liste tels qu'Eden lake, The full Monty, We want sex equality, Pride,... Grâce à ton article, je les vois maintenant sous un autre angle. Et tu m'as donné envie de voir tous les autres que tu as présenté. Que des compliments car j'ai dévoré le sujet.

L'aubergiste 06/04/2017 23:43

Pour le prochain article on verra, je vais commencer à y travailler... Vu qu'il n'y aura que peu de critiques ce mois ci (honnêtement je pense qu'il n'y a que 4 ou 5 films qui me tentent réellement) je vais surement partir sur un article plus important... A la base je pensais partir sur un truc en rapport au super héros mais vu qu'avec Gardiens de la Galaxie 2 on entre dans la saison des blockbusters de l'été je pense partir sur un article en 4 partie sur les blockbusters, une première partie pour partie sur la naissance des blockbuster, une seconde sur les succès qui ont redéfinie le genre par leur succès, un troisième sur ceux qui l'ont redéfini via leurs échecs et une quatrième pour présenter l'été cinématographique 2017! Autrement pour le reste des articles j'ai déjà plus ou moins tout planifier en fonction des sorties ciné pour cette année.

Céline Ld 06/04/2017 23:00

Personnellement, j'ai adoré. Hâte de découvrir ton prochain article.

L'aubergiste 05/04/2017 08:22

Merci bcp, je sais que c'était un peu particulier comme article mais super si tu aimé.