Split

Publié le par Leblanc M.

Split

Critique: 4/5

 

Avant de commencer cette critique j'aimerais vous encourager à aller voir Split le plus vierge possible. Ne regardez pas la bande annonce (qui en dévoile beaucoup trop), ne faites pas de recherche sur le film, évitez de vous faire spoiler... A vrai dire, savoir qu'il s'agit de l'histoire de trois jeunes filles qui se font kidnapper par une jeune homme du nom de Kevin à la sortie d'un anniversaire est totalement suffisant avant de se rendre dans la salle... Je vous promet d'ailleurs une critique sans spoiler, ce qui n'est clairement pas évidant avec ce genre de film... Comme beaucoup de films de M. Night Shyamalan, Split est clairement une oeuvre qui repose énormément sur sa narration et qui, pour peut qu'on se laisse prendre au jeu, nous embarque facilement dans son histoire. J'ai un rapport très difficile avec le cinéma de Shyamalan mais s'il y a bien une qualité que je lui ai toujours reconnue c'est une grande capacité de conteur. Je voudrais d'ailleurs directement rassurer ceux qui déteste son cinéma, Split risque de vous réconcilier avec lui. A titre personnel je l'avais découvert, comme quasiment tout le monde, avec le buzz autour de Sixième Sens. Un film que je n'avais vraiment pas aimé! Je trouvais qu'il ne reposait que sur son twist et était désespérément vide d'enjeux et de sens. Je m'étais ensuite rendu en dilettante en salle pour découvrir Incassable qui m'avait totalement scotché! C'était l'exacte opposé de son film précédant et je l'avais trouvé tellement dense que je le considère encore aujourd'hui comme le film de super héros le plus intelligent jamais réalisé. Dans la même ligné Signes m'avait également beaucoup plus. Par contre j'ai commencé à complètement décrocher avec The Village. Si ce dernier arrivait encore à faire illusion, principalement pour ces qualités formelles, la suite de sa filmographie m'est apparue franchement assez médiocre. Même le récent The Visit ne m'avait pas vraiment convaincu... Mais avec Split j'ai retrouvé, dans une moindre mesure, le plaisir que j'avais ressenti devant Incassable et Signes.

 

Après cette très longue introduction il est temps d'y aller, alors Split pourquoi c'est bien? Comme je l'ai évoqué le film est, comme souvent chez son auteur, un modèle de narration. Dés les 5 premières minutes les bases sont posés et nous sommes embarqué dans l'intrigue. Nous n'avons plus qu'a nous laisser conduire au travers d'un récit direct et solide. Alors que beaucoup d'auteur se serait servi de cette histoire pour nous offrir un récit faussement complexe et manipulateur ne nous conduisant absolument nulle part (comme dans le récent A Cure For Life), Shyamalan est très honnête. Son histoire est très simple mais diablement efficace et surtout cohérente. C'est une des grandes surprises du film pour moi, car avec un tel sujet le tout aurait franchement pu prendre des tournures ridicules et stupides mais non pas du tout. J'avais par exemple peur d'avoir droit à un twist pourri basé sur le personnage Casey, une des trois jeunes filles prises au piège par Kevin, mais Dieu merci le film est assez malin pour nous épargner ce genre de pirouette. En se focalisant principalement sur son anti-héros, le métrage arrive à rendre le "cas" de Kevin crédible et toute l'approche, à la fois médicale et philosophique, de sa pathologie est passionnante. D'ailleurs c'est clairement cette double lecture, un peu en forme d'origine story, qui intéresse Shyamalan. Nous suivons le cheminement d'un homme dans sa quête pour devenir ce qu'il est véritablement. En ce sens les dernières minutes du film sont très cohérentes et sont loins d'être une simple pirouette.

 

Biensur tout n'est pas parfait, certains passages sont un peu redondant. Par exemple les flash back concernant le personnage de Casey sont bien trop nombreux pour le peu qu'ils ont a révéler. La mise en scène reste très classique et on sent encore que Shyamalan formate un peu son film pour éviter de se faire une nouvelle fois rejeter par la critique et le public. Il y a également un léger sentiment de frustration dans cette impression que le film aurait pu être plus généreux sur certains points (on voudrait en voir "plus" de Kevin). Mais c'est au final cohérant aussi bien avec l'intrigue et avec le style Shyamalan. Il a toujours été un narrateur anti spectaculaire. Il suffit de se souvenir de la scène d'ouverture d'Incassable qui se focalisait sur les personnages sans rien montrer de l'accident de train. En se sens Split, malgré un aspect très classique, s'inscrit réellement dans la logique cinématographique de son auteur.

 

A titre personnel j'ai vraiment pris du plaisir devant Split qui m'a offert une promesse très intéressante concernant l'avenir de son metteur en scène. Avant de terminer cette critique je dois quand même souligner les performances des deux acteurs principaux. Si James McAvoy sort évidement une grande prestation dans un rôle extrêmement porteur, c'est encore plus Anya Taylor-Joy qui m'a marqué. Remarqué l'année dernière dans The Witch, elle possède une présence vraiment étrange à l'écran. Un physique doté d'une beauté particulière qui lui permet de faire transparaître toute un palette d'émotions sans forcément devoir beaucoup jouer. La confrontation des deux personnages n'en devient que plus ambigües et passionnantes. On peut retrouver dans leur affrontement un jeu de miroir qui, comme nous le découvrons à la fin, en cache un autre...

 

En deux Mots:

 

Split marque le retour en grâce de M. Night Shyamalan au travers d'un thriller assez classique mais d'une redoutable efficacité et d'une grande finesse d'écriture. A la fois angoissant et fascinant, il offre également une lecture intéressante sur l'accomplissement humain et la quête d'identité. Porté par un très bon duo d'acteurs, le film doit se découvrir le plus vierge possible pour pouvoir pleinement profiter.
 

Publié dans Critiques

Commenter cet article

Capharnaüm 02/03/2017 14:28

Salut ! Moi aussi j'ai bien aimé Split ! Je l'ai trouvé très bien fait. J'ai beaucoup apprécier le personnage de Kevin. Même si c'était "le méchant" de l'histoire, je l'ai trouvé très attachant et je me suis prise d'empathie pour lui. Par contre, j'en peux plus des histoires basées sur les pourcents du cerveau qu'on utilise pas :( Franchement, le sujet est usé ! Il faut l'oublier pour les 20 prochaines années !

L'aubergiste 02/03/2017 14:44

Disons qu'entre Limitles et Lucy le sujet est en effet un peu éculé... Mais bon sur Split c'est vachement secondaire quand même.