Silence

Publié le par Leblanc M.

Silence

Critique: 3/5

 

Je vais commencer cette critique assez durement. Silence est certainement le film le plus difficile d'accès de Martin Scorsese. Il est long, austère, quasiment absent de musique, essentiellement contemplatif et l'histoire (pas les enjeux) tient sur un timbre-poste. Il est évident qu'une bonne partie du public sortira de la salle en détestant copieusement le film. À titre personnel, je n'ai d'ailleurs pas peur de dire que je n'ai ressenti aucun plaisir durant les 2h45 de projection. Cependant, loin de moi l'idée de dire que Silence est un mauvais film ! C'est au contraire un film très intéressant et passionnant par bien des aspects.

 

Oui, j'ai ressenti de l'ennui devant Silence. Oui, la première partie est assez redondante et prend beaucoup trop de temps à se mettre en place. Oui, le film ne dégage quasiment aucune émotion positive. Mais je pense qu'avec Silence, Martin Scorsese a voulu boucler une trilogie entamée avec La Dernière Tentation du Christ et Kundum. À savoir : livrer une vision très pédagogique des mouvements religieux. Le réalisateur de Taxi Driver n'a jamais caché sa foi et sa dévotion catholique. Tout comme Mel Gibson, toute sa filmographie transpire de ses croyances. Mais à la différence de Gibson qui a tendance à sublimer la foi, Scorsese l'intellectualise. C'est ainsi que Silence ressemble énormément à un cours de théologie de deux heures trente. Il s'agit d'un point essentiel à savoir avant d'aborder le film pour éviter d'être trop désarçonné par celui-ci.

 

Maintenant, si les échanges de point de vue et les débats sur les croyances vous passionnent, il y a fort à parier que Silence vous interpelle. Le film ouvre le débat et disserte sur un nombre incalculable de points. En quoi notre enracinement géographique défini notre foi, quels sont les dangers de celle-ci, quel est le sens de la transmission, quelles sont les valeurs des actes par rapport aux convictions... Mais la question principale abordée par le film est celle que les athées se posent le plus régulièrement, quel est le sens du silence de Dieu vis-à-vis de la souffrance humaine ? Le film ne répond pas clairement à ces questions mais livre des pistes et propose des points de vue passionnants. Il démontre à quel point la foi est une chose complexe et qu'on ne peut y trouver de réponse universelle. En ce sens, tous les échanges entre le personnage d'Andrew Garfield et de l'inquisiteur sont des modèles de dialogues. Certains ont qualifié le personnage de raciste mais ce n'est pas forcément mon point de vue. Certes, il ressemble souvent à une caricature de japonais, mais il est plus subtil qu'il n'y paraît et ses paroles sont pleines de sens.

 

Pour en revenir à Andrew Garfield, je me dois de souligner sa prestation qui est une nouvelle fois impressionnante. Après Tu ne Tueras Point il y a quelques mois, il nous livre une nouvelle performance basée sur la foi. Mais à la place d'un héros aux convictions inébranlables, nous avons ici un prêtre en doute face au silence de son seigneur. Une fois de plus, Scorsese prouve qu'il dirige à merveille ses acteurs. Tout comme il offre une superbe mise en scène en filmant le japon médiéval dans ce qu'il a de plus beau mais aussi de plus sale. En se révélant être plus un film à débat qu'une œuvre sensorielle, Silence a de quoi interpeller ; mais finalement, le cinéma, c'est un peu comme la religion. Nous pouvons trouver un sens et une logique dans quelque chose qui nous déplait. En ce sens, aller voir Silence, c'est un peu faire un acte de foi cinématographique.

 

En deux mots :

 

Silence est un film déplaisant. Il est long, austère et terriblement froid. Il s'agit bien plus d'un film pédagogique nous invitant à débattre sur des thèmes liés à la foi qu'une œuvre narrative. Si certains trouveront probablement les dialogues passionnants et les réflexions pertinentes, la majorité risque d'être déstabilisée par le film et ne ressentir qu'un profond ennui.

 

Publié dans Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Céline 16/02/2017 21:39

Il m'interpelle ce film ( et finalement, me tente énormément).
J'espère le voir rapidement afin de te faire part de ma "critique".

Leblanc M. 17/02/2017 08:19

Je lirai ça avec plaisir.