I Don't Feel at Home in This World Anymore

Publié le par Leblanc M.

I Don't Feel at Home in This World Anymore

Critique: 3/5

 

J'ai déjà abordé certaines sorties VOD en janvier avec 31 et Clinical. Dans les deux cas j'avais été assez sévère et posé un constat amère sur l'hypocrisie et le nivellement par le bas de ce marché. Aujourd'hui, en abordant I Don't Feel at Home in this World Anymore (titre à rallonge qui résume bien l'intrigue), je peux légèrement remettre en question ce que j'ai affirmé il y a un mois. Ici, nous sommes face à un film relativement sympathique. Le postulat de base est ultra classique, on pourrait même dire simpliste. Ruth est une sorte de bonne poire, la fille gentille, la madame tout le monde, celle qui s'indigne de l'égoïsme des hommes sans pour autant savoir agir contre... Bref, Ruth ne se sent plus chez elle dans le monde qui l'entoure... D'autant plus qu'elle vient de subir un cambriolage! C'est décidé Ruth va agir!

 

Ok, vu comme ça on dirait presque Vilaine avec Marylou Berry... Mais rassurez vous, ce n'est pas forcément du côté de la comédie franchouillarde qu'il faut chercher les influences de Macon Blair (le réalisateur). Le terrain qu'il emprunte est bien plus celui du polar ironique assez typique de cinéma indépendant américain. En mettant en scène un humour basé sur des situations réalistes et des loseurs qui nous ressemblent poussés dans des situations qui les dépassent, le film fait clairement penser au cinéma des Frères Coen, à Fargo en particulier. Evidement le résultat final est sans commune mesure principalement à cause d'un scénario trop simpliste et prévisible, mais l'ensemble est relativement plaisant. J'ai quand même pas mal ri au début de film à certaines situations comme le décès de la vieille femme à l'hôpital ou la révélation de la personne à qui Ruth confie son trauma. La récupération du PC portable est en soit un grand moment également. Mais petit à petit, le film change de ton : de clairement humoristique il va virer vers le thriller. Le film se termine même sur 20 dernières minutes d'une grande violence graphique assez inattendue et surprenante.

 

Sans véritablement parler de rupture de ton, il faut reconnaître que cette construction fonctionne assez bien. Maintenant soyons honnête, on reste dans de la VOD et le film comporte quand même pas mal de gros soucis d'écriture et d'ambition. Le scénario est quand même très faible et prévisible. Quand à la réflexion posée par le thème du film, elle ne va pas vraiment plus loin que son titre... Si on ajoute à cela un manque d'écriture et de charisme des personnages secondaires (principalement les méchants), on se retrouve avec un divertissement correct mais au final très classique. N'est pas Kiss Kiss Bang Bang qui veut...

 

Par contre, je voudrais quand même souligner le plaisir de retrouver Melanie Lynskey dans le rôle principal et Elijah Wood dans un rôle assez hilarant. Si la capacité de Frodon à se glisser dans ce type de personnage n'est plus à prouver, retrouver celle qui fut révélée par Peter Jackson dans Heavenly Creatures est un vrai plaisir. Elle est franchement hyper crédible dans son rôle de madame tout le monde dépassée par les évènements et je ne peux que regretter qu'on ne la voit pas plus souvent à l'écran. Finalement, I Don't Feel at Home in this World Anymore propose exactement ce qu'on peut attendre de la VOD. Soyons franc, nous ne pouvons pas espérer du genre qu'il nous livre de véritables chefs d'œuvre, mais il est légitime de pouvoir y trouver de bons divertissements sympathiques et c'est exactement ce qui nous est livré ici!

 

P.S.: Une dernière petite remarque, ça n'a pas grand chose à voir avec la qualité du film mais à titre perso j'aime beaucoup l'affiche du film et son style très SF post Apocalyptique!

 

En deux Mots:

 

Sympathique production VOD, I don't Feel at Home in this World Anymore fait parfois penser au cinéma des frères Coen. Mélange de comédie et de polar basé sur des situations du quotidien, le film commence sur des airs très légers avant de devenir assez violent dans sa dernière partie. Même si le scénario est très simpliste et prévisible, le duo d'acteur formé par Elijah Wood et Melanie Lynskey présente un vrai plus à l'ensemble.

Publié dans Critiques

Commenter cet article