La Naissance d'une Nation (The Birth of a Nation)

Publié le par Leblanc M.

La Naissance d'une Nation (The Birth of a Nation)

Critique: 3/5

 

Il y a quelque chose d'assez symbolique dans la date de sortie de Birth of a Nation. Elle est en effet liée à deux événements d'actualités. Il y a tout d'abord l'approche de la remise des Oscars, cérémonie dont le film faisait partie des favoris avant de perdre toutes ses chances suite à une polémique. Sans vouloir revenir sur cette dernière, elle représente bien à quel point le principe de ces remises de prix est hypocrite. Bien qu'ultra académique, le film avait absolument tout pour plaire au jury des Oscars et il se retrouve au final dégommé pour des raisons qui n'ont aucun rapport avec ses qualités cinématographiques. Le second fait d'actualité est peut-être encore plus important et représentatif du fonctionnement des studios. Il s'agit du départ de Barack Obama de la maison blanche. De prime abord, on pourrait se dire qu'il n'y a aucun rapport entre la présidence des États-Unis et la production de films, mais je vais vous faire part d'un constat. Avez-vous remarqué que par rapport à la Shoah par exemple, l'esclavage était un sujet qui n'avait que très peu été traité dans l'industrie hollywoodienne ? Alors qu'il s'agit probablement de la page la plus sombre de l'histoire américaine, il fallut attendre l'arrivée du premier Présidant noir pour que le constat change et que sorte un paquet de films traitant du sujet (12 Years a Slave, la Majordome, Django Unchained, Lincoln,...). Comme pour marquer la fin d'une époque, et l'arrivé de Donald Trump, Naissance d'une Nation est dépassé par une polémique qui fera de lui probablement le dernier film traitant de l'esclavage pendant un moment.

 

Bref, fermons ici la parenthèse et parlons des qualités réelles du film, car là aussi il y a beaucoup à dire. D'un point de vue mise en scène pure, ce n'est pas forcément l'extase... Si l’œuvre bénéficie parfois d'une belle photographie, comme lors de quelques très beaux plans sur des champs de coton immaculé, la réalisation est ultra académique. On sent qu'il s'agit d'un premier film de bout en bout tant tout est calculé. Tout du long, nous avons droit à des champs-contrechamps classiques. Les rares hors-champs proposés sont tellement appuyés qu'ils perdent tout leur impact (comme le vol de la bible au début du film). Quant au montage, il donne parfois une impression étrange au métrage. Extrêmement coupé, sans pour autant être illisible, il donne l'impression que Nate Parker, le réalisateur, a voulu utiliser tous les plans qu'il avait en stock. Tout cela donne aux scènes un côté trop long et amateur, pas franchement bien venu. D'autant plus que le film utilise très peu de plans larges qui auraient pu aérer l'ensemble.

 

Par contre, au niveau du message transmis par le film, il y a clairement quelque chose d'intéressant, même si c'est, selon moi, en grande partie involontaire. Naissance d'une Nation présente la religion comme un outil de propagande et cette vision de la foi est extrêmement d'actualité. Là où le film est fort, c'est qu'il montre que cet outil fonctionne de la même manière et avec les mêmes dérives pour servir des actes abjectes (l'esclavage) qu'une cause qui nous paraît juste (la révolte). Que la raison pour laquelle on prêche la parole de Dieu soit louable ou condamnable ne change rien, dans les deux cas, l'on se retrouve avec une barbarie justifiée au nom de Dieu. Maintenant, je ne suis vraiment pas sûr que c'était ce message que Nate Parker voulait faire passer. Il filme son personnage principal comme une véritable figure christique en passant par toutes les étapes symboliques. Nous avons droit à l'enfant élu, les disciples, le chemin de croix et la mort en martyr... Tout ça donne un côté un peu malsain dans sa démarche de représentation des dérives de la foi...

 

Naissance d'une Nation, qui se voulait à l'origine comme le penchant noir du film pro Ku Klux Clan de Griffith sorti en 1915, est un film polémique. Pas à cause du passé judiciaire de son réalisateur mais bien de son message ambigu. Très intéressant sur le papier et dans son traitement, celui-ci met parfois mal à l'aise car on ressent bien que ce n'était pas forcément ça que Parker voulait faire passer dans son œuvre. Au final, les intentions réelles importent peu et le film est assez puissant en l'état. Il est brutal et direct dans sa représentation de l'esclavage et montrer sur grand écran les dérives et la barbarie de cette période peu connue se révèle essentiel. Même si je lui préfère un film comme 12 Years a Slave, qui me parait plus honnête dans sa démarche et mieux mis en scène, je vous invite quand même à vous faire votre propre opinion sur cette Naissance d'une Nation.

 

En deux mots :

Film important car il traite d'un sujet qui était, jusque récemment, rare dans l'industrie hollywoodienne, Naissance d'une Nation est surtout un film dénonçant les dérives de la propagande religieuse. Même si le sujet n'est pas toujours bien traité et mis en scène, la démarche est intéressante et permet au film d'ouvrir des débats qui pourraient se révéler passionnants.

Publié dans Critiques

Commenter cet article